Culture et histoire

Train de charbon à Fernie, photo de Steve Short
Train de charbon à Fernie, photo de Steve Short

C'est en traversant un terrain accidenté que les Premières nations Ktunaxa vinrent s'installer dans les Rocheuses de Kootenay. Ktunaxa est le nom traditionnel de « Kootenay ». Ce dernier pourrait être dérivé du mot Ktunaxa « Quthni », qui signifie « voyager par voie maritime ».

Se déplaçant au gré des saisons, les Ktunaxa assuraient leur subsistance en cultivant les richesses naturelles de la région, en naviguant sur le fleuve et en procédant à des échanges. Les Premières nations ktunaxa ont traversé et campé dans la région connue ensuite sous le nom de Fort Steele pendant des millénaires avant l'arrivée des Européens.

Arrivée des Européens

Les aventuriers cherchant fortune ouvrirent la région en découvrant de l'argent, de l'or et d'autres métaux précieux à la fin du 19e siècle. John Galbraith, qui transportait par ferry les orpailleurs, les marchands et les colons sur la rivière Kootenay jusqu'à Wild Horse Creek pendant la ruée vers l'or de Kootenay en 1864, contribua à l'installation de la petite communauté de Galbraith's Ferry.

Des tensions apparurent entre les nouveaux immigrants européens et chinois et la population autochtone ktunaxa. Le superintendant de la Police montée du Nord-Ouest Sam Steele ayant contribué aux négociations de paix entre les Ktunaxa et les nouveaux arrivants, la communauté de Galbraith fut rebaptisée Fort Steele en son honneur en 1888.

On fit fortune avec l'extraction de millions de dollars d'or. Mais lorsque la plupart des terres aurifères furent revendiquées, les orpailleurs repartirent. En 1882, il ne restait plus qu'une poignée d'Européens vivant dans l'immense district d'East Kootenay.

L'héritage des prospecteurs et des pionniers survit dans les fascinantes villes fantômes qui jalonnent encore la vallée argentifère de Slocan.

Entre passé et présent

Le système de chemin de fer fit beaucoup pour rassembler les communautés émergentes de la région. L'expansion commença cependant dès l'exploration du fleuve Columbia par un jeune géographe.

En 1811, l'explorateur et géographe David Thompson cartographia la vallée du fleuve Columbia pour favoriser son expansion vers l'ouest. Les gens voyageant vers l'ouest qui descendaient ce fleuve dangereux pendant les années 1830 s'arrêtaient en effet au « grand tourbillon », premier nom donné à la localité de Revelstoke en raison d'un important tourbillon qui avait érodé la rive. Pendant la ruée vers l'or de Big Bend, au milieu des années 1860, les prospecteurs s'entassaient sur les rives.

Lorsqu'une route vers l'ouest fut envisagée par le Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP), la région prit le nom de « Second Crossing » (Deuxième traversée). À la fin des années 1880, elle fut finalement baptisée Revelstoke, en l'honneur de Lord Revelstoke, directeur de la banque britannique qui avait aidé le CFCP à éviter la crise financière pendant la construction de la ligne de chemin de fer transcontinentale.

La route de la CFCP, qui ralliait Crownsnest Pass dans le sud de la Colombie-Britannique, fut terminée en 1898. Cette voie cruciale reliait de grandes régions du sud de l'Alberta et du sud-est de la Colombie-Britannique aux centres démographiques en plein développement de l'ouest du Canada et du nord des États-Unis.

Afin de relier voies terrestres et maritimes, le CFCP commanda S.S. Moyie, un bateau à aubes qui suivrait une « route entièrement canadienne » jusqu'au Klondike. Lorsque la proposition de loi autorisant cette liaison indispensable fut refusée par le Sénat canadien en 1898, le CFCP achemina le Moyie par chemin de fer jusqu'à Nelson, où il desservit le lac Kootenay. Son activité prit fin en 1957. Vous pouvez visiter le bateau à aubes S.S. Moyie, l'un des plus importants bateaux à vapeur préservés d'Amérique du Nord, à Kaslo, sur le bord du lac Kootenay.

Une ingéniosité inspirée par la nature

Les quatre somptueux parcs nationaux de la région de Kootenay (Mont Revelstoke, Glacier, Yoho et Kootenay) offrent de magnifiques exemples de l'ingéniosité humaine côtoyant le patrimoine naturel.

Visitez le parc national de Yoho pour découvrir les célèbres tunnels en spirale, creusés dans les Rocheuses réputées impénétrables, pour permettre le passage du chemin de fer en 1909. La Route transcanadienne suit encore ce chemin sur certaines portions.

Les nombreuses sources d'eau chaude naturelles de la région, comme celles de Radium Hot Springs dans le parc national de Kootenay, ont permis le développement de stations thermales dans les Rocheuses de Kootenay.