Culture et histoire

Le phare de Fisgard près de Victoria, photo de Ricardo Ordonez

Le phare de Fisgard près de Victoria, photo de Ricardo Ordonez

Pour comprendre l'histoire de l'île de Vancouver, il faut remonter la trace des peuples aborigènes, présents dans la région depuis plus de 8 000 ans.

La plupart des localités de l'île de Vancouver sont empreintes du riche patrimoine aborigène de la région, que l'on retrouve dans les expositions, les artéfacts et les présentations éducatives dans les musées. On trouve également les totems, les sculptures et les œuvres d'art des artistes aborigènes locaux dans les boutiques et les galeries.

De fascinants artéfacts aborigènes découverts près de ce qui est aujourd'hui Port Hardy sont exposés au Port Hardy Museum. À Port Alberni, les artéfacts datent de plus de 4 000 ans. Et le Parc pétroglyphique de Nanaimo comprend des personnages en pierre sculptée vieux de 1 000 ans, allant des créatures mystiques aux êtres humains.

L'arrivée des Européens

Lorsque le capitaine James Cook toucha terre à Nootka Sound en 1778, son équipage commença des échanges avec la tribu Nuu-Chah-Nulth. La même année, le marchand de fourrures britannique John Meares, accompagné d'une équipe composée notamment d'ouvriers chinois, installa une base à Nootka Sound.

La Grande-Bretagne et l'Espagne se partagèrent le contrôle de l'île de Vancouver pendant quelques temps, mais les Espagnols renoncèrent de leur plein gré à ce territoire en 1795. Des sites aux noms aussi lyriques que Quadra, Galiano et Malaspina sont tout ce qui reste de l'occupation espagnole de l'île. L'occupation britannique a eu, quant à elle, des effets beaucoup plus durables.

Fort Victoria fut bâti à la pointe sud de l'île de Vancouver en 1843, et l'île fut déclarée colonie de la Couronne britannique en 1849. Mais c'est la ruée vers l'or de 1858 sur le fleuve Fraser qui bouleversa la région à tout jamais. Des immigrants venus d'aussi loin que la Chine arrivèrent en masse dans l'espoir de faire fortune. En un rien de temps, la petite communauté paisible de Fort Victoria devint une ville animée et prospère.

En 1866, l'île de Vancouver et la Colombie-Britannique s'unirent pour former une seule colonie. Deux ans plus tard, la ville de Victoria fut déclarée capitale. En 1871, la Colombie-Britannique devint la sixième province du Dominion du Canada.

Préservation historique et relations

L'escadron du Pacifique de la Royal Navy installa son quartier général à Esquimalt Harbour en 1865, là où vit encore aujourd'hui la tribu Esquimalt. Une base navale canadienne occupe à présent le site de ce premier avant-poste défensif. Pour découvrir toute l'histoire militaire de la région, visitez l'ancien Fort Rodd Hill et le phare Fisgard. Ce sont deux sites historiques nationaux situés à Esquimalt Harbour.

L'histoire de l'île de Vancouver se poursuivant, une pétition fut remise au Lieutenant-Gouverneur en 1886 dans le but de créer un musée qui préserverait l'histoire de la région. Ces efforts aboutirent à la naissance du musée renommé Royal BC, situé à Inner Harbour, que l'on connaît aujourd'hui. Le musée abrite la plus grande collection d'artéfacts et de présentations de la province, de l'ère préhistorique à nos jours.

Au début du XXe siècle, un service de ferry fut établi entre l'île de Vancouver et le continent. La compagnie BC Ferries, appartenant à la province, fut lancée en 1960. Aujourd'hui, les visiteurs peuvent prendre un ferry sur le continent et venir visiter les célèbres jardins de Butchart de Victoria. C'est là que Jennie Butchart transforma la carrière de calcaire épuisée de son mari Robert en magnifiques jardins. Commencés en 1904, ils continuent d'attirer des visiteurs du monde entier.